Examens 2021 : les choix du ministre Blanquer mènent élèves et personnels dans l’impasse !

jeudi 17 juin 2021
popularité : 1%

Mise à jour du 17 juin :
- Examens 2021 : agir et défendre ses droits - la FAQ nationale du SNES-FSU
- Agir face à des conditions de correction inacceptables : le point sur les actions en cours dans les académies


MAJ du 2 juin : un préavis de grève SNES-FSU couvre le réseau AEFE à partir du 7 juin.
NB : le préavis de grève est prolongé jusqu’au 12 juillet inclus : dans certains établissements du réseau, les personnels protestent contre un calendrier scolaire qui n’est pas conforme aux textes de l’Agence, ni même au Code de l’éducation.

Les aménagements d’examens pour la session 2021 décidés par le ministre de l’Éducation nationale sont loin de lever les inquiétudes de la communauté éducative, et dans certains cas, suscitent même de nouveaux problèmes. Pour le DNB comme pour le baccalauréat, rien n’est donc réglé. Sur ce sujet comme d’autres, le ministre a fait fi de la fatigue engendrée par les conséquences de la crise sanitaire, des conditions inégales de préparation des élèves aux examens selon les établissements. Aujourd’hui, personnels et élèves sont dans une impasse du fait de la gestion inconséquente par le ministre de la question des examens. En l’état, la session 2021 sera marquée par la désorganisation, les ruptures d’égalité et une forme de mépris pour le travail des correcteurs et des élèves.

Dans les conditions très spécifiques de l’enseignement français à l’étranger en contexte pandémique, les choix du ministre sur les examens posent aussi des problèmes majeurs pour les établissements français dans certains pays. Les réponses apportées à ce jour par le ministère de l’Éducation nationale ne sont pas adaptées à ces situations exceptionnelles. Dans le contexte sanitaire catastrophique de certains pays, c’est même la sécurité des personnels – et de la communauté éducative – qui se trouve affectée par l’absence de prise en compte du caractère exceptionnel de la situation.

S’ajoutent à cela des dysfonctionnements majeurs, d’ores et déjà constatés, concernant l’organisation des corrections d’épreuves pour les candidats libres à l’étranger.

Les personnels sont nombreux à être exaspérés par cette gestion des examens, qui engendre pour eux comme pour leurs élèves un stress réel, pour certains une charge de travail indécente affectant la qualité de l’évaluation, pour d’autres un travail non rémunéré, voire parfois une perte de sens du métier et de l’évaluation même de ces épreuves. Le brevet et le baccalauréat, diplômes nationaux, n’auront jamais été autant mis à mal que cette année.

Pour soutenir les actions collectives décidées localement dans les établissements et pour couvrir les collègues qui refuseront d’être placés dans des situations inacceptables, le SNES-FSU dépose un préavis de grève sur l’ensemble du réseau AEFE à partir du lundi 7 juin 2021, pour toute la période des examens.

Télécharger l’affiche SNES HDF Examens 2021

Affiche HDF - Examens 2021

La réalité du #BacBlanquer dans l’enseignement français à l’étranger : florilège à suivre sur notre compte twitter @sneshdf

Lire aussi :

- le communiqué national du SNES-FSU - Examens 2021 : rien n’est réglé M. le ministre !}

- organisation et correction des épreuves, les exigences du SNES-FSU pour cette session 2021 - Article sur le site national : Examens 2021 : des conditions de correction inacceptables !

- article du SNES-FSU national : bac-2021-faire-le-point-et-sortir-du-brouillard


Mise à jour du 29 mai

Les choix du ministre sur les examens posent des problèmes majeurs pour les établissements français dans certains pays. Les réponses apportées à ce jour par le ministère de l’Éducation nationale ne sont pas adaptées à ces situations exceptionnelles. Amendement présenté par la délégation HDF et adopté dans le texte Action du Congrès national du SNES-FSU : à lire dans l’article sur le congrès.


Mise à jour du 14 mai

Les épreuves écrites et orales d’OIB (Option internationale du baccalauréat) et des baccalauréats bi-nationaux (Abibac, Bachibac, Esabac) sont annulées et remplacées par les notes du contrôle continu, "après échanges avec les pays partenaires", selon le courrier de la DGESCO adressé aux personnels concernés.


Mise à jour du 12 mai

Enfin, le MEN se rend à l’évidence et au bon sens sanitaire... mais pas pour toutes épreuves ! Dans le cas où il y a impossibilité de tenir les épreuves pour des raisons sanitaires (confinement) :
- l’épreuve de philosophie est remplacée par la prise en compte du contrôle continu.
- le grand oral est maintenu en visioconférence, selon des modalités validées par les services académiques de rattachement.

Voir la FAQ du MEN datée du 11 mai.

Nous avons argumenté contre le report des épreuves à la session de septembre, initialement envisagé si la session de juin n’était pas possible, pour deux raisons : l’incertitude que les épreuves puissent se tenir en septembre, et le risque de perte d’inscription dans les filières du supérieur pour la rentrée 2021.

Nous continuons à demander l’annulation du grand oral pour tous les candidats, et demandons que les décisions soient prises au plus vite concernant l’OIB, les épreuves anticipées de français, le diplôme national du brevet.


Mise à jour du 6 mai

Des aménagements sur le format du baccalauréat ont été annoncés, pour l’EAF et la philosophie notamment. Mais le Ministre s’accroche à un grand oral devenu un totem. Voir cet article du SNES-FSU.

Pour l’étranger, nous continuerons lors du groupe de travail du 12 mai à demander que la situation sanitaire dans les pays soit prise en compte  : le bac et le DNB ne peuvent pas avoir lieu à tout prix et au mépris de la sécurité et de la santé des élèves et des personnels.


Mise à jour du 16 avril

Le SNES-FSU demande l’annulation du grand oral, du fait de l’inégalité de préparation aux examens qui a prévalu entre les établissements en France (fermés, en demi-jauge, à 100% en terminale…) - voir ici l’interview de Sophie Vénétitay, secrétaire générale adjointe du SNES. Cette revendication s’impose encore plus à l’étranger alors que des établissements sont fermés depuis plus d’un an et que d’autres sont en hybride : personnels comme élèves n’ont pas connu une année normale. L’an dernier, le Ministère avait décidé d’annuler les épreuves finales ; force est de constater que la situation de l’étranger n’est absolument pas prise en compte par le Ministère.

Consulter cet article faisant le point sur la session 2021 et celui-ci sur les revendications du SNES.

Pour l’étranger, la note AEFE du 12 mars apporte des précisions prenant en compte les spécificités de l’étranger  : épreuves, candidats libres, moyennes de contrôle continu, et la question de la possibilité même d’organiser les épreuves qui se pose en fonction du contexte sanitaire dans chaque pays. Un compte rendu détaillé a été envoyé aux syndiqué·es.

Le SNES hors de France interviendra autant que nécessaire pour que, si les épreuves ont lieu, la priorité soit accordée à la sécurité sanitaire des personnels et des élèves dans leur organisation, que la charge de correction permette des conditions satisfaisantes d’évaluation, et que des décharges de cours soient effectivement accordées aux correcteurs.


Mise à jour du 25 janvier

Note de service AEFE sur l’organisation des examens dans les établissements d’enseignement français à l’étranger -session 2021. Cette note a été adressée à l’ensemble des chefs d’établissement le 22 janvier, et prend en compte les annonces faites par le ministre le 21 janvier.


Mise à jour du 22 janvier

Le ministre de l’Education nationale a adressé ce 21 janvier un courrier aux personnels pour les informer des modalités du baccalauréat pour la session 2021 :
- les épreuves de spécialité sont annulées et remplacées par le contrôle continu
- le grand oral est maintenu
- l’épreuve de philosophie est aménagée : 3 sujets au lieu de 2
- l’oral de français est aménagé : diminution du nombre de textes en voie général et technologique. Aucun aménagement pour l’épreuve écrite.
Vous trouverez sur le site national le courrier du ministre et le communiqué du SNES-FSU.


- DNB et baccalauréat France + Maroc  : BO n°43 du 12 novembre 2020 Calendrier 2021 du diplôme national du brevet, des baccalauréats, des certificats d’aptitude professionnelle, des brevets d’études professionnelles et du brevet de technicien

- DNB à l’étranger : BO n°47 du 10 décembre 2020 DNB - Organisation dans les centres ouverts à l’étranger

- Baccalauréat à l’étranger : BO n°49 du 24 décembre 2020 Organisation et calendrier du baccalauréat général et technologique dans les centres d’examen à l’étranger

- Baccalauréat à Saint-Pierre-et-Miquelon et Mayotte : BO n°3 du 21 janvier 2021 Calendrier 2021 des baccalauréats général et technologique, à Saint-Pierre-et-Miquelon, dans les académies de la Guadeloupe, de la Guyane, de La Réunion, de la Martinique et de Mayotte


- Ordonnance n° 2020-1694 du 24 décembre 2020 relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de covid-19, article 3 : « Les autorités compétentes [...] peuvent apporter à ces modalités les adaptations nécessaires à leur mise en œuvre.
S’agissant des épreuves des examens ou concours, ces adaptations peuvent porter, dans le respect du principe d’égalité de traitement des candidats, sur leur nature, leur nombre, leur contenu, leur coefficient ou leurs conditions d’organisation, qui peut notamment s’effectuer de manière dématérialisée.
Les adaptations apportées en application du présent article sont portées à la connaissance des candidats par tout moyen dans un délai qui ne peut être inférieur à deux semaines avant le début des épreuves. »
- Lire l’analyse nationale du SNES-FSU : Improvisation jusqu’au bout !


Lire également notre compte rendu du groupe de travail sur les examens organisé le 26 novembre par l’AEFE.

La crise sanitaire a nécessairement des conséquences pédagogiques : impossible de faire comme si cette année était normale ! Il est indispensable d’aménager les programmes et les examens. Agissons ! Retrouvez le matériel d’action dans cet article : Baccalauréat et DNB 2021 : des aménagements indispensables ! Signer la pétition unitaire, interpeller les IG et IPR